Des vacances d'enfer

024284.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

L’heure des vacances a sonné et nous livre une comédie comme on en voit souvent, avec un scenario sans véritable originalité. Rusty Griswald emmène sa famille à Walley World, « le parc d’attraction préféré des familles américaines ». Il espère ainsi raviver une harmonie perdue. Le spectateur n’est pas dupe  et se doute que le pitch de départ sera l’occasion de situations plus rocambolesques les unes que les autres. Les premières minutes de ce long-métrage ne le démentent pas.

Malgré un côté attendu du scenario, le spectateur pourra cependant se laisser surprendre par les nombreuses aventures et péripéties que vont vivre les deux parents et leur progéniture. Les scènes comiques, si elles s’enchaînent, laissent place à des séances riches en émotions. Aucune minute de répit ne sera donc accordé au public.

Pour incarner cette famille au bord du désastre, John Francis Daley et Jonathan M. Goldstein qui signent ici leur première réalisation ont fait appel à Ed Helms, déjà bien connu pour son rôle de Stu dans la trilogie « Very Bad Trip » et à Christina Applegate. Ils nous donnent aussi l’occasion de découvrir ou redécouvrir de jeunes talents : Skyler Gisondo que l’on connait dans le dernier opus de la saga « La Nuit au Musée » mais aussi Steele Stabbins qui se révèle ici avec son interprétation d’adolescent tyrannique.

« Vive les vacances » se présente donc comme une comédie sympathique qui assurément fera passer au spectateur un bon moment.

 

Ludivine Tollitte