Un artiste sans public

410629.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

« Un illustre inconnu » est une histoire singulière écrite par Matthieu Delaporte et Alexandre de la Patellière, le duo gagnant du « Prénom » (la pièce de théâtre, comme son adaptation au cinéma en 2012), Matthieu Delaporte étant également à la réalisation du film qui voit Mathieu Kassovitz s’exprimer dans le rôle de Sébastien Nicolas son personnage principal. Sébastien Nicolas est un homme sans qualité particulière qui souffre de dépersonnalisation. « Si je n’ai pas existé, il a bien fallu que je vive », seront ses premières paroles – tout est dit. Souffrant de trouble identitaire, Sébastien Nicolas imite ceux qu’il rencontre en devenant caméléon et en prenant, un instant, leur place dans leur quotidien. Le jeu de cet artiste sans public ne sera pas sans conséquence.

Brillamment porté par Mathieu Kassovitz qui interprète ici plusieurs rôles, « Un illustre inconnu » est une fable sur la solitude et l’identité, sur le docteur Jekyll et Mister Hyde que tout a chacun porte en lui. Sébastien Nicolas a toujours répondu aux désirs de ses parents, des autres, sans vivre sa vie, ce n’est qu’en devenant un autre que cet agent immobilier va devenir lui-même. Sans qu’il soit « aimable », le spectateur éprouvera de l’intérêt à suivre son parcours. L’intérêt de l’intrigue sera constant, selon les ressorts du thriller (la première scène présente l’explosion de l’appartement du héros, de nombreuses questions découleront de ce point de départ, le film se poursuivant en flash-back) qui flirtera avec le fantastique. « Un illustre inconnu » est un thriller sans crime, qui suit le parcours d’un « psychopathe » qui ne sera jamais jugé par ses créateurs Matthieu Delaporte et Alexandre de la Patellière. A chacun donc de porter son propre jugement. Quel jugement apporterez-vous à ce personnage ?

Sébastien Nicolas, l’illustre inconnu, est comme Batman, le plus important chez lui c’est sa cave, là où il confectionne les masques qui assureront sa transformation. Après ce travail, il sortira au grand jour, investira les lieux habités par sa cible, pour exister (« Un illustre inconnu », une métaphore de l’acteur ?). Un jour il prendra la place d’Henri de Montalte, un célèbre chef d’orchestre, et sera mis face à son destin. Cet inconnu, cet asocial qui est en autofiction constante, se sera entre temps trouvé une famille qui a bien des égards est aussi triste que lui. Au final, Sébastien Nicolas est un type bien. Son histoire est servie par une brillante mise en scène qui aime à jouer avec le spectateur. Au spectateur bien évidemment de jouer le jeu.

« Un illustre inconnu » connaitra t’il le même succès que « Le prénom » ? « Un illustre inconnu » est un film que l’on verra pour la prestation impeccable de Mathieu Kassovitz, et que l’on appréciera pour la méticulosité de sa mécanique implacable, celle imaginée par Matthieu Delaporte et Alexandre de la Patellière.

François Cappelliez