LET DANCE

128537

Deux ans après le premier volet intitulé « The Hit Girls », Le groupe composé de Beca et de ses sœurs, les Bellas, sont de retour sur nos écrans. Pour ces nouvelles aventures, exit le championnat régional d’A cappella, place au Mondial de la discipline, avec un but unique: faire oublier l’humiliation subie lors de la cérémonie en l’honneur de l’anniversaire du président américain.

Niveau distribution, aucun changement notable,  on prend les mêmes et on recommence. Nous allons donc pouvoir revoir Anna Kendrick qui incarna naguère Cendrillon dans la comédie musicale « Into the Woods » et Lisa dans « The Voices ».Rebel Wilson,reprend aussi du service .Disparue depuis « La nuit au musée 3 », ce film marque donc son grand retour; Dans la série come-back, place à Adam DeVine, Le comédien était porté disparu depuis la projection de « Nos pires voisins ». The last but not the least: Elizabeth Banks qui a à son actif des blockbusters comme les sagas « Hunger Games » ou « Spider Man ». Autour du noyau dur, viennent quand même s’ajouter de nouvelles têtes. La plus symptomatique est assurément Hailee Steinfeld, la fille de Kevin Costner dans « 3 days to kill ».

Pour qu’il y est compétition, il faut des adversaires à opposer à nos champions. C’est le groupe  “Pentatonix” qui s’y colle, Le temps d’un affrontement sur fond musical, les rivales des Bellas tirent leur épingle du jeu avec brio. Côté réalisation, c’est Elizabeth Banks qui assure la succession de Jason Moore. L’actrice / réalisatrice signe avec « Pitch Perfect 2 » sa troisième mise en scène pour le cinéma.

Loin de s’appuyer sur un scénario très original, le film ne réserve que peu de surprises. Mais après tout, comment peut on échapper au déjà vu dans ce type de scénario ? Le déroulé de l’histoire ôte toutes possibilités de visiter les chemins de traverse.  Le principe basique de la compétition n’est-elle pas la trame principale de la plupart des longs métrages de danse ou de chants? “Pitch Perfect 2” n’en reste pas moins une comédie hilarante. Impossible, par exemple, de ne pas rire devant les pitreries d’Amy, alias Rebel Wilson. Les fans apprécieront, eux, la reprise de tubes mythiques,  comme « Wrecking Ball » de Miley Cirus, « Run the world (Girls) » de Beyoncé ou le « Bootylicious » des Destiny’s Child, pour ne citer que les plus célèbres. Ce sera, n’en doutons pas, un vrai plaisir auditif pour les spectateurs. Dès lors,les une heure cinquante-quatre, durée officielle de ce produit filmique passent à la vitesse de l’éclair. En somme un divertissement de belle facture. C’est tout ce qu’on lui demande, après tout!.

 

ELODIE TOLLITTE