On prend "presque les mêmes" et on recommence

597099.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

 L’équipe des Expendables est de retour, seulement cette fois c’est le réalisateur Patrick Hughes II qui mène la danse. Avec peu de films à son palmarès, le tout dernier volet de la saga des « Expendables » pouvait sembler hors de sa portée. Pour mettre en place ce projet, il a choisi de faire appel à Harrison Ford, Mel Gibson, Antonio Banderas et Wesley Snipes pour prêter main forte à Sylvester Stallone, Jason Statham, Arnold Schwarzenegger, Jet Li et Dolph Lundgren. Jusque-là pas de surprise, l’esprit des deux films précédents est bien là, mais le réalisateur cherche à se démarquer de ses prédécesseurs. Il donne une bouffée d’oxygène à cette trilogie en mettant en scène la nouvelle génération. Pour former cette équipe, il s’est entouré de Kellan Lutz, vu dans « La légende d’Hercule » ou encore dans « Twilight », Ronda Rousey, Glen Powell et Victor Ortiz, peu connus des salles jusqu’à présent. En plus de faire découvrir ou redécouvrir des talents jusqu’alors inexplorés, la présence de cette jeune équipe permet de changer la dynamique de ce long-métrage.

Concernant le scénario, rien de bien innovant, puisque notre équipe de gros bras favoris part à la recherche de leur ennemi afin de venger leur camarade. Si l’intrigue ne laisse pas vraiment de place à la surprise, le public peut toutefois compter sur les scènes d’action pour se distraire. Ajoutez à cela une dose d’humour bien plus conséquente que dans les deux premiers « Expendables », un rythme intense qui ne laisse presque aucune seconde de répit et vous obtiendrez un bon divertissement, de quoi faire patienter les fans jusqu’à la sortie du nouvel opus.

Ludivine Tollitte