Hippocrate à la campagne

073693.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

Cluzet incarne Jean-Pierre Werner, rôle principal et médecin généraliste d’un village. Les spectateurs d’Hippocrate sortie en 2014 retrouveront Marianne Dunicourt ( Nathaie Delezia ) et Félix Moati (Vincent Werner).

Dans des paysages aux teintes romantiques, couleurs variées et scènes de coucher ou de lever du soleil, un médecin parcourt des kilomètres, le moment des visites est arrivée. La lumière du jour augmentant, le généraliste retourne au cabinet faire ses consultations. Le médecin comme une référence pour le village, il ferait presque partie de chaque famille. C’est ce lien particulier avec les patients que Thomas Lilti explore.  Aussi, l’esprit de village en tant que communauté y a une place de choix. Parmi les personnages secondaires, un jeune autiste, Monsieur le Maire, le patron du café etc. Chacun participe à l’organisation du village au point de les arborer ensemble dans une scène de country.

Dans ce long-métrage, le réalisateur livre quelques anecdotes sur sa propre expérience de médecin de campagne. Autre émotion après l’amitié, l’amour, jamais clairement prononcé, il est ambigu et même une fois l’écran noir revenu, le spectateur n’est pas sûr de ce qu’il est advenu entre les deux personnages principaux.  Si l’amour reste incertain, la passion qui les anime pour la médecine, elle, les réunit. Pourtant, le pari n’était pas gagné d’avance. Même malade, Jean-Pierre ne fait pas de cadeau à sa confrère. La confiance, ça se gagne. Ce n’est qu’après avoir franchi les obstacles que Nathalie Delezia sera estimée digne de travailler avec lui. Le sourire en coin, la doctoresse apparait comme une femme forte contre cet homme bougon et dégage une ironie attachante.

Médecin de Campagne attribue un air champêtre à la pratique de la médecine en lieu et place de l’hôpital présent dans Hippocrate. Plus de sentiments, moins de teneur politique pour ce nouveau long-métrage. Sans comporter de miracle, le réalisateur adresse une douce convalescence aux spectateurs. Un second milieu médical est mis à nu, à quand le prochain ?

Maud Charlet