Mon talent, et celui de mes amis

212665.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Alex Lutz, acteur, scénariste et réalisateur,  signe son premier film avec “Le talent de mes amis”. Comme acteur, il a à son actif la série « Soda », le film  « Sous les jupes des filles » en 2014, le téléfilm  « Une femme dans la révolution » diffusé en 2013.  Et depuis trois saisons vous pouvez le retrouver – transformé –  avec “Catherine et Liliane” sur Canal +.  Aujourd’hui, c’est à la comédie long format qu’il s’attelle.

Il y apparaît tel un grand enfant, à la fois heureux et perdu, enthousiaste, optimiste et drôle – surtout drôle parce que c’est l’humour qui anime  Alex Lux, dans la fiction comme dans la vie.

Il incarne Alexandre Ludon, un trentenaire pas tout à fait accompli, qui partage sa vie avec Carole (Anne Marivin : “Les petits mouchoirs”, “Bienvenue chez les Ch’tis”), mais surtout avec son meilleur pote Jeff (Bruno Sanches, son compère sur Canal+) et sa femme Cécile (Audrey Lamy).

La crise de la trentaine version ados de 14 ans, c’est grâce à quelques blagues bien senties et une forte complicité entre les acteurs qu’elle nous embarque et nous fait rire. Car loin de croire aux situations poussées à l’extrême, on considère leurs problèmes avec tendresse. Ils veulent changer de vie et sortir des sentiers battus. L’envie et l’ambition n’étaient pas de leur vocabulaire jusqu’à ce qu’ils rencontrent le beau et presque énervant Thibault Redinger (Tom Dingler), conférencier sur l’estime de soi et développeur de compétences et  de problèmes.  “Un chanteur, un astronaute :  Tu veux ? Tu peux ! ou presque.”

C’est une comédie pleine d’optimisme qui parle de problèmes quotidiens : l’emploi, la famille, la routine, la crise. L’accomplissement de soi, un thème rébarbatif ? Ce film n’est ni un atelier  thérapeutique ni une réunion des sans-emploi anonymes  et  c’est avec plaisir qu’on suit ces trois maladroits aux vies fades mais pleines de potentiel. Et si le talent c’était d’être bien entouré ? Ici, outre le talent des siens, Alex Lutz parle surtout du sien au risque de frôler l’autoglorification.

Son premier long métrage est plein de bonnes idées, mais c’est avec maladresse qu’il les enchaîne. Ce n’est donc pas un chef d’oeuvre, mais une réalisation qui reste fraîche, rassurante et drôle, comme un apéro entre amis.

 

Jessica Paprocki