Le poil et la verdure

THE JUNGLE BOOK - (Pictured) MOWGLI and KING LOUIE ©2015 Disney Enterprises, Inc. All Rights Reserved.

Après Maléfique, Cendrillon, Alice aux Pays des Merveilles, Disney poursuit sa stratégie qui consiste à adapter en films live ses classiques animés. Cette démarche est jusqu’à présent menée avec doigté par le studio, qui confie les projets à des cinéastes intéressants, soucieux de livrer un regard neuf sur des histoires mythiques.

Le Livre de la Jungle est le dernier bébé de cette remise à neuf du catalogue Disney. Confié à l’éclectique et efficace Jon Favreau (Iron Man 1 et 2, Zathura, Chef) le film est un enchantement, généreux et visuellement sublime.

Adapté du roman de Rudyard Kipling, ce conte moral n’a rien perdu de sa puissance évocatrice. Elevé par des loups, Mowgli est chassé par le tigre Shere Khan, qui voit en lui une menace. Reprenant la structure du film animé de 1967, l’histoire embarque son héros, Mowgli, dans un  parcours initiatique semé d’épreuves qui seront autant d’occasion de grandir et l’aideront à réconcilier ses origines humaines avec son héritage animal.

a insérer 2

La grande force du film est de ne pas avoir occulté la portée mythologique du récit original y compris dans ce qu’il a de plus violent à savoir la mort. Le personnage de Shere Khan illustre parfaitement cette note d’intention. Doublé par l’impérial Idris Elba, il se révèle être un méchant absolument effrayant et cruel. Etonnant et bienvenu pour une production Disney. La menace qui plane sur Mowgli pendant tout le film est bien réelle renforçant ainsi notre empathie à son égard pour mieux nous faire partager ses émotions.

De l’émotion, le film en est gorgé bien qu’il soit entièrement tourné sur fond vert, avec un seul acteur de chair et de sang. Cet exploit, Jon Favreau le relève en partie grâce à la technologie. Soutenus par un casting vocal de premier choix, les animaux, dans leurs postures, leur regard sont absolument bluffants de réalisme. Ils nous font oublier leur origine synthétique tellement les émotions qu’ils dégagent nous touchent véritablement. Les scènes avec Baloo tiennent leurs promesses et nous ménagent de beaux moments de cinéma. Le casting vocal donc, est impressionnant. Bill Murray, Christopher Walken, Scarlett Johansson et les autres sont tous des choix naturels. Ils étaient nés pour doubler leur personnage. La catégorie des enfants acteurs est habituellement très pourvue en têtards qui ne provoquent que l’irrésistible envie de les gifler. Ce n’est pas le cas du petit Neel Sethi, l’interprète de Mowgli. D’un grand naturel il emporte l’adhésion dès les premières secondes.

La mise en scène de Jon Favreau est aérienne, généreuse, inspirée et nous réserve des images sublimes. On sent qu’il s’est amusé comme un fou à diriger ce projet. Il prends même des libertés avec le roman d’origine en y ajoutant une courte origin-story à Mowgli afin de renforcer l’enjeu dramatique du récit.

Mené à un rythme un peu trop soutenu, le film aurait mérité d’être un poil plus long.

Bouleversante quête initiatique, Le Livre de la Jungle est un spectacle total qui réveillera votre sens du merveilleux.

Fouad Boudar