Le crabe

482533.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Le jeune réalisateur américain,  Josh Boone, signe avec « Nos étoiles contraires » son second film. Son premier « Stuck in Love » avec en tête d’affiche Greg Kinnear, Jennifer Connelly et Lily Collins n’est, quant à lui, toujours pas sorti sur nos écrans français.  Pour ce nouveau long métrage, il s’est à nouveau entouré d’un casting issu de la même génération. Le cinéaste a effectivement confié les rôles principaux au frère et à la sœur Prior de « Divergente » Shailene Woodley et Ansel Elgort. Josh Boone s’est également entouré de Sam Trammell, plus connu pour son rôle de Sam Merlotte dans la série «True Blood », ainsi que de l’actrice Laura Dern -la fille de Bruce-, le docteur Ellie Sattler  de « Jurassic Park III » et vue plus récemment dans le film de Paul Thomas Anderson « The Master ». Et parmi tout ce petit monde n’oublions pas le Norman Osbourn, de la trilogie consacré au superhéros SpiderMan, l’immense Willem Dafoe.

 « Nos étoiles contraires » n’a rien du film heureux et gai qui vous fera rire aux larmes, bien au contraire.  Ce film parle des malades du cancer, qu’ils soient en rémission, condamné ou bien encore devant subir opérations et autres traitements dans l’espoir de gagner quelques années de vie supplémentaires. Mais avant tout, ce long métrage  est d’abord et avant tout une histoire d’amour hors norme et merveilleuse entre deux adolescents, Hazel Grace Lancaster et  Augustus Waters,  qui abordent la vie de façon  diamétralement différente suite aux problèmes qu’ils ont tous les deux rencontrés dans leur courte vie.

 Loin de ces films d’action en tout genre qui font tout exploser au bout de deux minutes, « Nos étoiles contraires »  sait  très bien captivé le spectateur. Ce dernier reste alors dans l’histoire de la famille Lancaster, qui doit vivre au quotidien avec la maladie de leur fille et de cette romance naissante, sans jamais décrocher. A aucun moment le spectateur ne ressent un quelconque ennui devant ces aventures du quotidien.

 « Nos étoiles contraires » est donc un très bon divertissement  qui n’est toutefois pas recommandé aux âmes trop sensibles.

ELODIE TOLLITTE