Le cauchemar est dans la salle

516016.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Un an après le premier opus, James DeMonaco revient cette année sur nos grands écrans avec American Nightmare 2 : Anarchy. Même principe de base : dans un futur proche où la criminalité et le taux de chômage sont au plus bas, les nouveaux pères fondateurs ont trouvé le moyen parfait de maintenir l’équilibre dans la société américaine : légaliser le crime une nuit par an. Durant cette nuit unique, chacun est libre d’assouvir ses plus noirs désirs sans avoir peur des conséquences. Pour ce second volet, le réalisateur a fait appel à une toute nouvelle équipe : Frank Grillo, dernièrement vu dans Captain America : Le soldat de l’hiver, Carmen Ejogo, dont la dernière apparition dans le film « Alex Cross » date de 2012, Zach Gilford, qu’on avait vu dans « The baby » plus tôt en 2014 et Kiele Sanchez, plus connu pour ses rôles dans les séries TV telles que «The Glades ».

Malgré une idée de départ qui s’annonçait prometteuse, le scénario de ce long métrage reste superficiel et n’exploite pas en profondeur tout le potentiel qui s’offrait à lui. Par conséquent, il est difficile aux spectateurs de se projeter dans l’action et de ressentir une quelconque empathie pour les personnages. Face au manque cruel de suspens, les montées d’adrénaline attendues ne sont pas au rendez-vous, enlevant au film tout intérêt. De quoi en faire des cauchemars !

Ludivine Tollitte