La Grande Casse

216295.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Joss Whedon l’annonçait l’année dernière à la presse au début du tournage : « Avengers 2 » se réfère clairement à « Le Parrain 2 ». Je cherche encore en quoi ce film peut faire penser, de près ou de loin, au chef d’œuvre de Francis Ford Coppola. Mais passons.

La scène pré-générique l’annonce et ne ment pas. Bourré d’actions, le film enchaîne à un rythme métronomique les morceaux de bravoure à l’ampleur croissante jusqu’au final dantesque. De ce côté, le spectateur en a pour son argent et le film est d’une générosité totale.

Mais trop de bruit et de fureur, entrecoupés de punchlines, finissent par faire dérailler le TGV « Avengers : l’ère d’Ultron ». Les scènes d’action sont désincarnées. Mis à part celle du combat entre Iron Man et Hulk, les autres bien que dantesques m’ont laissé complètement indifférent, car aucune n’a le temps de s’installer véritablement tellement le rythme est soutenu et le montage illisible. La surenchère d’effets spéciaux – assez laids dans l’ensemble – participe beaucoup de cette impression de voir un film dénué d’émotion. Tout est en pilotage automatique.

Je passe sur l’absence totale de mise en scène. Filmé très platement, ce long métrage repose uniquement sur les scènes d’action relevées à la palette graphique. La facture visuelle est très laide et malheureusement c’est devenu une constante des productions Marvel.

Les efforts de Joss Whedon pour donner plus de chair à ses personnages sont par contre louables. Tony Stark est mis un peu en veilleuse au profit de ses équipiers dont Hawkeye, et c’est une très bonne idée. Il prend même le temps de bâtir une idylle entre deux de ses héros. Seulement voilà : attribuer plus d’épaisseur aux personnages existants, en présenter de nouveaux tout en délivrant encore plus d’action, c’en est trop pour un seul film. C’est dommage car les personnages des jumeaux auraient mérité un meilleur traitement. Quant à la légendaire Vision, elle reste très énigmatique. Une petite surprise tout de même, sans trop en dévoiler : une actrice française fait une apparition dans un petit rôle.

Produits à un rythme industriel, tous les six mois environ jusqu’en 2019, les films Marvel sont pensés dans une logique de feuilleton télé, chaque sortie étant déjà la bande-annonce de la suivante. Le choix de réalisateurs venant de la télévision avec Joss Whedon en tête mais aussi avec Alan Taylor (« Thor 2 ») est tout à fait révélateur de cette logique. Les scènes d’action et à effets spéciaux sont réalisées par des deuxièmes voire troisièmes équipes. Le départ du talentueux Edgar Wright du projet Ant-Man prend donc ici tout son sens.

Vivement que le public se lasse des super héros car personnellement je sature. Il ne s’agit plus de cinéma et si je devais résumer cette production par une image : un immense tas de gravats et de tôles froissées. Nous sommes bien loin du « Parrain 2 ».

 

Fouad Boudar

PS : il n’y a rien après le générique de fin, inutile d’attendre

PS2 : une actrice française fait une apparition surprise dans un petit rôle