James Bond après James Bond

305054.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Ancien James Bond, Pierce Brosnan incarna le héros imaginé par Ian Fleming de 1995 à 2002 avant d’être abruptement remplacé par plus jeune (selon ses propres termes) en la personne de Daniel Craig, l’actuel 007. Allait-il pour autant se ranger des Aston Martin de la planète espionnage cinématographique ? L’acteur irlandais revient avec « The November Man » dans un film d’espionnage « old school » dans le rôle de Peter Deveraux un espion également « vieille école ». Un personnage sorti de sa retraite et mu par la vengeance, mobile suprême pour rentrer en confrontation avec un certain David Mason (Luke Bracey) son ancien élève, celui qui pourrait être son meilleur ami !

Hollywood a souvent considéré Roger Donaldson (« Le Pacte » (2011), « Guet-Apens » (1994) ou encore « La Mutante » (1995), le réalisateur de « The November Man », comme un bon artisan, « a good movie maker », ce qui le caractérise ici également. « The November Man » est à considérer comme un bon produit standard répondant aux critères que l’amateur de films d’actions attend,  entendons par là l’amateur lambda de type ménager de moins de 50 ans, pas le jeunot qui lui préférera les aventures d’un Jason Bourne. Retournement de situation, un méchant de l’Est (comme au bon vieux temps de la guerre froide), un traitre, une tueuse et une Deveraux’s girl en la personne d’Olga Kurylenko, ex James Bond girl (il y a décidément une vie après James Bond !) … voilà quelques ingrédients d’un spectacle qui se laisse apprécier. On ne change pas une formule qui marche, on tente de l’adapter aux caractéristiques actuelles, le héros sera plus cruel, le montage plus nerveux (« 24 heures » est passé par là) … Avec ces arrangements « The November Man » se situe au-dessus des Bond de la grande époque, mais en dessous de l’époque actuelle, elle-même  rivalisant avec les Jason Bourne, et est sans commune mesure avec l’excellent « Un homme très recherché » d’Anton Corbijn. Les premiers plans auraient pu faire penser à un film d’action se déroulant sur une veine crédible du type John Le Carré, fausse piste.

Et la suite ? Les aventures de Peter Deveraux que narrent « The November Man » font partie d’une série de treize ouvrages post James Bond écrits par Bill Granger, le héros incarné par Pierce Brosnan (également producteur du film) pourrait revenir à l’écran, souhaitons-le.  Soyons réalistes, n’ayant pas rempli ses objectifs de rentabilité lors de son exploitation sur le sol américain, « The November Man » sera sans doute un one shot. Quid de l’espion classieux ! Il ne serait pas étonnant de voir Pierce Brosnan tenir un rôle d’espion » dans « Expandable 4 », l’ex 007 y est annoncé au casting des vieilles gloires de la castagne.

FRANCOIS CAPPELLIEZ