Et de cinq !

585739.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Pour ce dernier opus en date de la série « Sexy Dance » (Step Up, dans la langue de Shakespeare) c’est une nouvelle réalisatrice qui s’y colle. En effet, Trish Sie succède à Scott Speer, portant ainsi à quatre le nombre de metteurs en scène ayant eu en charge cette franchise. Novice sur les plateaux de cinéma, l’Américaine n’est cependant pas vraiment une débutante. On lui doit en effet, en tant que chorégraphe, la création de clips pour le groupe de rock US « Ok Go ».

Côté casting, nous sommes a contrario dans la continuité par rapport aux épisodes précédents. Les producteurs ont fait confiance aux acteurs récurrents, injectant à doses minimales de nouveaux venus parmi les comédiens principaux. Nous retrouvons donc ici, en autres, Adam G. Sevani, dans l’aventure depuis ses débuts, Briana Evigan, déjà présente dans Sexy Dance 2 ou bien encore Ryan Guzman, qui a tourné dans « Sexy Dance 4, Miami Heat », sans oublier Misha Gabriel Hamilton. Les petits nouveaux sont Izabella Miko vue dans « Le choc des Titans » en 2010, Frank Crudele (« Chaque jour que Dieu fait », 2013) ou bien encore Jay Brazeau (Possédée, 2012).

192437.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Quant au scénario me direz-vous ? Il n’y a là aussi rien de neuf sous le soleil du Névada. Pas de quoi étonner les habitués, puisque tous les films du genre sont conçus à partir de la même trame : plusieurs groupes de danseurs s’affrontent dans des « battles ». Ce qui pourrait poser problème dans l’histoire, ce sont les scènes de compétitions officielles. C’est effectivement un sujet tellement abordé et ce dans tant de films, que les spectateurs finissent, au bout du compte, par avoir l’impression de toujours voir la même chose. « Sexy Dance 3, the Battle » étant à titre d’exemple le frère jumeau de celui-ci..

«Sexy Dance 5 », comme déjà c’était le cas pour certains de ses prédécesseurs, s’est vu offrir une sortie salles en 3D. Censé apporter une intimité plus grande avec les danseurs en rendant les chorégraphies plus spectaculaires, ceci s’avère, à la vision, bien peu évident. La 3D est mal utilisée et est loin d’apporter un bonus à l’ensemble. Mais ce qui malheureusement porte le plus préjudice au film, est sans aucun doute l’absence de surprise tout au long du scénario. Tout ici est prévisible, il ne faut vraiment pas être grand clerc pour deviner le destin de chacun.

Malgré ces points négatifs, ce long métrage reste somme toute  un divertissement réussi qui vous fera passer un bon moment au creux de l’été, les différentes scènes de danse étant plutôt réussies. Du moins pour les amateurs du genre ou les fans de la franchise. Pour les autres, si les précédents volets de Sexy Dance ne vous ont déjà pas convaincus, passez votre chemin.

ELODIE TOLLITTE