Cette trop rare Emma De Caunes

520038.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Le deuxième film d’Olivier Johan en quinze ans, Les Châteaux de Sable, raconte la romance entre deux personnages tourmentés. Mais c’est aussi une réflexion sur le lien qui unit un père et sa fille. Un long-métrage, qui finalement, de par l’universalité de ses sujets, parle à tout le monde.

Éléonore (Emma de Caunes) vient de perdre son père (Alain Chamfort) auquel elle était énormément attachée, et se rend en Bretagne afin de vendre la maison familiale. Une épreuve difficile qu’elle traverse au côté de son ex, Samuel (Yannick Renier), qui a lui aussi tenu à faire le déplacement… Comme leur séparation date d’il y a quelques mois seulement, l’amertume va alors les rattraper, avec un agent immobilier solitaire (Jeanne Rosa) comme seul juge arbitre. Tourné en moins d’un mois, Les Châteaux de Sable a été réalisé vite et bien. Olivier Johan a dû optimiser le temps qu’il avait devant lui, le résultat est au rendez-vous. Le cadre breton offre au film des décors époustouflants et lui donne une teinte mélancolique. Emma De Caunes, trop rare au cinéma, rappelle qu’elle mériterait qu’on fasse plus souvent appel à ses services. Toujours juste, parfois drôle, femme-enfant à presque quarante ans, elle forme un beau duo avec Yannick Rénier. Les dialogues font mouche, les situations assez rocambolesques ne manquent pas, mais le scenario de ce huis-clos manque toutefois d’originalité. La première demi-heure passée, l’intensité du film a tendance à baisser. L’utilisation de la voix-off est assez déroutante, et les rebondissements sont trop rares.

Mais on a envie de tout pardonner à Olivier Johan, qui livre un deuxième film (un peu autobiographique, il a été tourné dans l’ancienne maison familiale) touchant, tout en douceur.

P.-G. L.