Bluegrass tragedy

 Dans le cadre du cin’estival au Métropole de Lille, découvrez ou redécouvrez à partir du 23 juillet le meilleur film belge de la décennie. 

20531916.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Un scénario qui pourrait faire penser à «la guerre est déclarée» du duo Donzelli/Elkaïm, une bande son que n’auraient pas renié les protagonistes d’ «O’Brother», deux acteurs flamands qui semblent être les clones de Kriss Kristofferson  et de Reese Witherspoon… Le nouveau film du réalisateur de « La Merditude des choses» paraissait de premier abord un vrai fourre-tout. N’empêche que vision faite, cette tragédie néerlandophone s’avère être une des plus belles leçons d’humanité de la décennie. Structure narrative d’une grande subtilité – en faisant fi de la temporalité, le metteur en scène donne à chaque scène une profondeur vertigineuse-, comédiens en état de grâce, fausse naïveté du propos, «Alabama Monroe » est un grand film. Partir de la banalité du quotidien et de son cortège de souffrances pour s’élever vers les questions fondamentales de l’humanité (la croyance en la divinité, la transmission des valeurs, la place de l’humain dans l’univers) est un tour de force totalement assumé et réussi. Felix Van Groeningen porte en lui cette pudeur des fils du Nord, d’une terre qui vous apprend la valeur des mots. Laissez ce film creuser ce sillon qui trouvera le chemin de votre cœur.

 

Régis Dulas