L’Histoire et la science au service de la fiction cinématographique

191918.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

 

                Et si, et si … Hypothèse, tel est le maitre mot d’Avril et Le Monde truqué réalisé par Christian Desmarets et Franck Ekinci. Les deux réalisateurs plongent le spectateur dans une Histoire parallèle à celle que nous connaissons. Oui, la guerre de 1870 entre la Prusse et la France a bien éclaté. Non, elle ne s’est pas arrêtée. En 1941, année où l’histoire débute, la « famille » Napoléon est toujours au pouvoir. Derrière Avril- le personnage principal- de Darwin (le chat et le confident), de pop’s(son grand-père), de Paul et Annette (les parents) ,de Julius (l’espion puis l’amant) et de Pizoni (le policier prêt à tout pour livrer la famille à la police) se cachent les voix de Marion Cotillard, Philippe Katerine, Jean Rochefort, Olivier Gourmet, Macha Grenon, Marc-André Grondin ou encore Bouli Lanners.

                Le monde d’Avril est gouverné par l’air pollué, le charbon, la déforestation, le pouvoir, les disparitions mystérieuses de scientifiques et « un projet ». En quoi consiste-t-il ? Trouver une formule chimique qui rendrait toute forme de vie invincible. Qui en est à l’origine ? Selon le début du film, Napoléon III est le premier à en avoir eu l’idée, il voulait ses soldats invincibles pour gagner la guerre. L’arrière-grand-père d’Avril, chimiste, est sollicité mais échoue. A la place, il crée deux animaux parlant qui deviendront plus tard les « méchants » du film. Les générations suivantes poursuivent le projet. Ce but considéré comme ultime dirige la quête d’Avril.

                En cherchant à retrouver ses parents qu’elle pensait morts, Avril devient une héroïne. « Fille de », c’est malgré elle que sa quête l’amène à sauver le monde. Avant de savoir que ses parents ont survécu à l’accident de ferry, la jeune femme se débrouille comme elle peut pour continuer le travail scientifique de ses prédécesseurs.

                Retour des deux « monstres », la jeune femme doit être capturée afin d’obtenir la recette du sérum. Dans quel objectif ? Empêcher le processus de déforestation sur la Terre en répandant des spores attachées à une fusée. A l’origine, une cause noble mais elle signifie également la mort des humains. La science est donc facteur positif d’évolution de la société. Mais elle a deux versants dont l’un peut être dangereux, celui du pouvoir comme l’illustre l’une des deux créatures. Lorsqu’Avril jette la fiole sur la fusée couverte de lianes, elle libère la végétation ainsi que les chercheurs retenus captifs. La science reprend sa place et serait même un moteur pour la démocratie via l’invention des médias. Avril a réussi, le monde s’éclaircit. Au-delà de la science, une deuxième réflexion se pose, les humains doivent prendre conscience des conséquences de leurs actes sur la nature.

                Avril est attachante. Le spectateur grandit avec elle dans son voyage d’initiation. Il découvre ses premières expériences, son premier amour, aussi, dont la présence est plutôt facile à deviner dès le départ. La diversité des personnages rend autant le film intéressant que difficile à suivre. Finalement, quel est le but réel d’Avril ? Chaque spectateur est le seul détenteur de la réponse à cette question en fonction de sa sensibilité. Avril et Le Monde Truqué explore une société du XXe siècle aux accents thématiques du XXIe. Ce film d’animation épicés aux sentiments et au réalisme, ne serait pas un triomphe comme Napoléon l’aurait espéré mais une – petite- victoire.

Maud Charlet