Micro film

434833

La nouvelle “Marvelerie” est arrivée !

Le génial Edgar Wright -“Shaun of the Dead” (2005), “Hot Fuzz” (2007)- était initialement le réalisateur, mais celui-ci quitta le navire avec fracas l’année dernière après avoir travaillé dix ans sur le scénario. Pour cause de différends artistiques selon la formule consacrée.

Repris dans la précipitation par Peyton Reed -la comédie “Yes Man” (2009)- le film a été tourné et post-produit dans un délai anormalement court. Et cela se voit.

 

A la fois film de braquage et passage de relais, “Ant-Man” introduit un nouveau héros de l’Univers Cinématographique Marvel : Scott Lang est un ancien cambrioleur luttant pour remettre sa vie sur le bon chemin. L’acteur Paul Rudd, très convaincant dans son incarnation, parvient à insuffler de l’humanité à son personnage.

Les premières minutes du film sont très réussies. Mais très vite la machine Marvel reprend le dessus et enchaîne mécaniquement les scènes d’action enrichies à la palette graphique. Elles masquent difficilement un scénario mal ficelé : un film crédité de quatre scénaristes, c’est toujours mauvais signe. Une fois de plus, le spectacle est sans âme. Mise en scène, découpage, photos, la facture visuelle est laide et sans inspiration. C’est lorsqu’il se moque des proportions microscopiques de son héros que le film introduit un second degré bienvenu et réserve quelques moments assez drôles.

Le point fort à retenir est le numéro d’acteur de Michael Peña qui interprète le pote latino de Scott Lang avec lequel il forme un duo très attachant. Abonné aux seconds rôles de qualité, il dévoile ici une autre facette de son talent et insuffle à lui tout seul l’humour du film. C’est également un plaisir de retrouver Michael Douglas dans un rôle de mentor qui lui va à merveille.

Ces acteurs constituent le seul intérêt de cette production Marvel qui se contente – dans sa logique de feuilleton télé bien huilée maintenant –  de « dérouler » un spectacle en pilotage automatique, avec pour fonction première de relier “Avengers 2” et “Captain America 3”.

 

Fouad Boudar