Fantasia 2.0

180429.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Brad Bird serait-il le digne successeur de Walt Disney ? Il le démontre à chaque film un peu plus. Copain de promo de John Lasseter – qui lancera Pixar – Brad Bird réalise son rêve en intégrant la firme aux grandes oreilles où il occupe le poste d’animateur. Il faut attendre 1999 pour découvrir son premier long métrage d’animation, avec « Le Géant de Fer ». Véritable merveille, ce dernier  lui ouvre alors les portes du studio Pixar où il réalisera « Les Indestructibles » et « Ratatouille ». Il signera ensuite son premier film en prises de vue réelles avec « Mission impossible 4 », le plus réussi et le plus gros succès de la franchise. L’homme est doué, extrêmement doué et son dernier film en est la démonstration définitive.

« A la poursuite de demain » est un grand huit émotionnel qui distille une idée toutes les vingt secondes et dont le récit ne cesse de vous surprendre. Bien que produit par le plus gros studio hollywoodien actuel, c’est un film d’auteur, une œuvre que je qualifierais de contrebande tellement son message est à contre-courant de la production cinématographique actuelle. Dominées par des franchises interminables, des reboots, suites et autres remakes de succès du passé, les propositions de cinéma d’aujourd’hui bégayent, regardent en arrière, activent notre nostalgie et nous infantilisent. Brad Bird nous invite au contraire à aller de l’avant et à nourrir notre imaginaire. Il n’hésite pas à envoyer des pics au studio qui le produit à travers une séquence extraordinaire se déroulant dans un magasin de souvenirs. On comprend mieux pourquoi il a refusé de réaliser le prochain « Star Wars » pour se consacrer entièrement à ce film.

Casey, la formidable héroïne de l’histoire, avec son optimisme sans faille, est l’un des personnages les plus attachants que le cinéma nous ait proposés. Entourée par George Clooney et Hugh Laurie (« Docteur House » et « Docteur Ross »), l’autre révélation du film est Raffey Cassidy qui interprète Athena. Son jeu est absolument incroyable.

Quant à la mise en scène, Brad Bird la rend aérienne. Il invente à chaque plan et nous plonge littéralement dans l’univers du film. D’une richesse thématique inouïe pour un film de ce calibre et aux multiples niveaux de lecture, le scénario nous force à faire preuve d’attention afin de bien suivre l’intrigue. Ici rien n’est pré mâché et expliqué par de longues scènes de dialogues. Tout est au contraire évoqué visuellement.

Ce film est, en lui-même, un acte subversif qui risque de ne pas rencontrer son public, à l’image de « Lone Ranger » ou « John Carter », autres super productions détournées par leur auteur. Il est d’autant plus important d’aller le voir. Véritable « anomalie » dans la production hollywoodienne actuelle, « A la poursuite de demain » est un pur concentré d’émerveillement et d’enchantement. En cela il renoue avec l’esprit pionnier de Walt Disney.

 

Fouad Boudar