3 days to kill

Aller voir ce film, c’est d’abord s’attendre à un scénario qui n’a rien de bien innovant malgré les plumes de Luc Besson et d’Adi Hasak. Toutefois, il faut l’avouer, 3 Days to Kill se démarque de la plupart des films d’action.

474809.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Le film de McG a judicieusement fait le choix d’une légère pointe d’humour le rendant plus abordable et captant donc plus facilement l’attention du public. Mais pas seulement. Ce nouveau long métrage dépeint un homme, qui, confronté à des problèmes familiaux, devra apprendre à devenir un père tout en faisant son travail d’agent de la CIA. Pour ce rôle, le réalisateur, connu entre autre pour Target et 12 heures a fait appel à Kevin Costner, un acteur dernièrement à l’affiche de The Ryan Initiative de Thomas Harper. Bien connu pour ses rôles dans les films du genre, il donne ici à son personnage un coté plus sensible et humain. Sans tomber dans le pathos, il sait jouer sur l’émotion, permettant à l’audience de s’attacher à et parfois même de s’identifier à lui. Il faut aussi noter la présence de Hailee Steinfeld, dont la belle carrière avait été présagée après son rôle dans True Grit en 2010, [qu’elle avait interprété aux côtés de Matt Damon et Jeff Bridges]. Laissant transparaître une certaine maturité, elle fait une fois de plus preuve de son talent.

021387.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

La force du film réside dans le fait que l’action principale se déroule à Paris. Les plans réalisés pour le tournage ferrons tomber sous le charme de cette magnifique ville. Quant aux prêcheurs convertis, amoureux de la capitale française, cela sera l’occasion pour eux de la redécouvrir et de se laisser envouter à nouveau !

Petit bémol tout de même, le film manque parfois légèrement de rythme. Il reste tout de même un bon divertissement qui ravira les amateurs du genre.